Noël 2016

 

diocese-misericorde-2016-06-150x150

Bon et Joyeux Noël. Oui, Joyeux Noël. Pourquoi ? Parce que le monde irait bien ? Ce serait oublier un peu vite les évènements qui s’y déroulent, avec, entr’autres, le drame d’Alep en Syrie et les attentats de Berlin. Joyeux Noël parce que nos familles n’auraient aucun souci ? Mais y en a-t-il ? Non sans doute ou si peu ! joyeux Noël, à cause des trois cadeaux de Dieu pour nos vies et pour transformer le monde. Trois cadeaux évoqués dans les lectures de la messe du Jour de Noël: Sa Parole, Sa Lumière et Sa Paix.

Sa Parole. Saint Jean, nous rappelle cette merveille : Dieu nous parle. Et si Dieu nous parle, c’est pour que nous entrions en dialogue avec lui. Car en Dieu même, ça dialogue : «  Et le Verbe était auprès de Dieu », on pourrait traduire tourné vers Dieu. C’est l’attitude du dialogue. Quand on dialogue avec quelqu’un, on lui fait face. Tous, nous sommes invités à dialoguer avec Dieu, en accueillant d’abord sa Parole. Nous le savons, nos paroles humaines, nos discours ont besoin d’être sauvés. A l’occasion des élections prochaines, les évêques soulignent l’enjeu de nos paroles : « la parole permet aux hommes de se dire les uns aux autres ce qui a du prix pour eux. Le débat est ce lieu privilégié où des affirmations diverses, parfois adverses, sont travaillées les unes par les autres. Des positions se transforment.. Dès lors, tout ce qui pervertit la parole, le mensonge, la corruption, les promesses non tenues ont des conséquences très lourdes ». En cette fête de Noël, le Christ, Verbe fait chair, vient guérir nos paroles humaines, blessées, agressives parfois. Laissons-nous éclairer par la Parole de Dieu. Accueillons-la, méditons-la.

Que cherchent nos contemporains, en fêtant Noël  ? Que cherchent ceux qui fréquentent le grand spectacle son et lumière donné sur la façade de la cathédrale ? Ou ceux qui, cette nuit, se sont déplacés très nombreux à la cathédrale et les églises ? Une soif habite leur cœur, comme elle habite le coeur de tout homme : au milieu des épreuves, beaucoup sont avides d’une lumière qui éclaire nos vies, d’une lumière qui réchauffe les cœurs. C’est le deuxième don de Noël : le Christ Lumière pour éclairer tout homme. Beaucoup célébrent Noël en familles. Ils se réjouissent du regard émerveillé et lumineux des enfants, ce jour-là. Ils se réjouissent du regard serein et heureux de nos aînés qui aiment voir leur famille réunie. Car, nous sommes porteurs de la Lumière du Christ depuis notre baptême. C’est la joie d’un évêque d’entendre qu’aujourd’hui, dans nos quartiers ou villages, une famille, une communauté religieuse ou éducative attirent, sont rayonnants. Car avant d’être un père ou une mère de famille, un employé, un médecin ou un éducateur, le chrétien est d’abord un coeur habité par la Lumière de l’Amour. Et tout cela a des incidences concrètes sur sa manière de vivre : Cela se traduit par le primat de l’homme sur l’argent ou le marché, la loyauté dans les échanges, l’attention aux plus déshérités. Nous avons soif de cette lumière de la fraternité, comme le dit notre Pape François, qui nous pousse à rencontrer les autres. Et qui peut faire de nous des frères ? le Christ lumière pour tous.

J’aime cette tradition des santons de Provence : ils marchent tous vers la crèche : le boulanger et le berger, le ravi et la commerçante. Qui les réunit ? L’Enfant de la crèche, le Prince de la Paix annoncé par les messagers de Dieu. On le sait : tant que durera notre histoire, les hommes se déchireront par la haine, la rivalité et la jalousie. Certains désireront s’emparer de ce que les autres possèdent. Toujours donc, il sera nécessaire de faire la paix, d’être artisans de paix. Et comment l’être ? En accueillant le don de la Paix, le Nouveau-né de la crèche. Un moine copte d’Egypte écrivait : « Le monde est las et épuisé parce qu’il fait la course pour savoir qui est le plus grand. Il y a une concurrence impitoyable entre gouvernants, entre peuples, à l’intérieur des familles, entre une paroisse et une autre : qui est le plus grand parmi nous ? Mais aujourd’hui, dans l’enfant de la crèche nous avons trouvé le remède . Ni nous, ni le monde entier nous ne trouverons la paix, si nous ne retournons pas te rencontrer dans la mangeoire de Bethléem ». L’enfant se présente désarmé, offert, livré dans sa faiblesse et sa fragilité. Que peut-il ? Il peut transformer nos cœurs, y installer sa Paix et faire de nous des artisans de paix. Oui, prions l’Enfant-Dieu que son amour touche le cœur des hommes, qu’il les empêche de devenir fous : fous de mépriser la vie, fous d’agresser autrui, fous d’injurier ou de mentir. Et qui nous empêchera de céder à cette folie ? Seul l’amour peut toucher les cœurs. Forts de cet amour de Dieu pour nous, soyons des artisans de paix dans nos quartiers. Manifestons à nos proches, notre tendresse et notre bonté. Aujourd’hui, chers parents, quand vos enfants vous embrasseront pour vous remercier des cadeaux, redites leur votre confiance et vos encouragements. Et vous les enfants, dites bien votre affection à vos parents et grands-parents. Les jours prochains, entre voisins, multiplions les paroles d’amitié. Oui, en recevant ces cadeaux de la Parole, de la Lumière, de la Paix de Dieu, chantons notre joie : c’est Noël.

 

 

 

A propos de l'auteur

Laissez votre commentaire