Homélie du Jeudi Saint

 

« Ayant aimé les siens, il les aima jusqu’au bout ». Nous entendons la parole de st Jean à la fin d’une journée de travail et avant les rencontres familiales du week-end pascal. Que veut dire aimer jusqu’au bout ? Nous n’avons jamais fini de le découvrir. C’est l’objet de toute notre vie chrétienne. Alors, chaque jeudi saint, nous contemplons le Christ, ses gestes, ses paroles. Et deux signes de l’amour jusqu’au bout : l’Eucharistie et le service fraternel. Quelle lumière nouvelle veut-il nous apporter ? Quel appel nous adresse-t-il ?

 

Le Christ les aima jusqu’au bout, c’est à dire jusqu’à donner sa vie. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie. En ressuscitant Jésus qui a aimé jusqu’au bout, Dieu confirme : l’unique chemin de vie, c’est celui de l’amour. Les premiers bénéficiaires de cet amour définitif, inconditionnel, sont les disciples, ses amis, ses proches ; leur vie est transformée. Pierre et Marie-Madeleine, Zachée et Paul. Mais, après ce premier siècle en Palestine, comment l’amour du Christ peut nous rejoindre, à Nantes ? Premier signe : l’Eucharistie. Chaque fois que nous la célébrons, nous reconnaissons dans la foi que le pain que nous bénissons et partageons, c’est le corps du Christ. La coupe que nous bénissons, c’est le sang du Christ : il exprime l’amour de Dieu qui aime jusqu’au bout l’humanité et la veut en paix, et la veut fraternelle. A chaque Eucharistie, c’est le Christ qui est présent, c’est le Christ qui nous parle, le Christ qui nous nourrit, le Christ qui nous aime. Nous n’aurons jamais fini de découvrir la grandeur de cet amour jusqu’au bout.

 

Et puis il y a le signe du service : Lui qui était le Seigneur et le Maître, a pris le tablier du serviteur et, pour exprimer le sens de sa mission et de sa vie, il s’est mis à genoux devant ses disciples pour leur laver les pieds. On ne peut pas dissocier l’Eucharistie et le lavement des pieds, le sacrement de l’autel et le sacrement du frère. St Jean-Paul II insistait : «en s’agenouillant pour laver les pieds de ses disciples, Jésus explique sans équivoque le sens de l’Eucharistie. Nous ne pouvons pas nous faire d’illusions : c’est à l’amour mutuel, à la sollicitude que nous manifesterons à ceux qui sont dans le besoin que nous serons reconnus comme de véritables disciples du Christ » ( St Jean-Paul II ) Et notre Pape ajoute : « L’Eucharistie, source d’amour pour la vie de l’Eglise est une école de charité et de solidarité ». Oui l’Eucharistie nous apprend ce que veut dire aimer jusqu’au bout. Devant l’amour infini du Seigneur, devant ses bras en croix, nous ne pouvons pas rester les bras croisés.

 

C’est là dans l’Eucharistie que viennent puiser, tant de parents pour vivre l’amour en famille, tant de professionnels pour exercer leur métier avec justice et générosité. J’aime la parole du Cardinal Etchegaray : « Entrons joyeusement dans cette ronde où le sacrement de l’autel et le sacrement du frère constituent les deux bouts d’une même chaîne d’amour. Cherchez le secret des sœurs de Mère Teresa, des frères du Père de Foucauld ou des moines trappistes solidaires du peuple algérien jusqu’au sacrifice de leur vie. Partout vous découvrirez un tabernacle, une petite chapelle où la contemplation eucharistique pousse irrésistiblement au partage des souffrances et des espoirs de ceux qui ont faim et soif de justice et de paix ». Alors, ce soir, rendons grâce au Seigneur pour ce don merveilleux de l’Eucharistie, rendons-Lui grâce pour les prêtres que le Seigneur nous donne ; et en faisant mémoire des derniers gestes de Jésus, demandons-Lui, les uns les autres : dans ma mission d’époux, de père ou mère, de célibataire, de jeune ou de moins jeune, aujourd’hui, à quoi m’appelles-tu pour aimer davantage , pour aimer comme toi jusqu’au bout ?

 

A propos de l'auteur

Laissez votre commentaire