Homélie des Rameaux 2017

 

Comment aborder cette semaine sainte 2017 ? Comment la vivre alors que nous sommes préoccupés pour l’avenir, pour notre monde ou notre pays, ou que nous sommes désemparés parfois devant des évènements rapportés par les médias ? Je propose deux attitudes intérieures. Ces attitudes me sont suggérées par cette célébration des rameaux.

Nous venons d’entrer dans la cathédrale en chantant « lauda Jérusalem », loue ton Seigneur, acclame-le. Mais pourquoi ? Pourquoi l’acclamer ? Parce que Jésus vit une passion d’amour pour son Père et pour nous, oui pour nous, pour chacun de nous. Passion d’amour pour notre monde tellement blessé, meurtri par des violences de toutes sortes. On le sait bien dans nos familles : quand une passion n’est pas partagée ou quand elle est brisée, elle rend fou. Fou d’amour. Fou de douleur. Jésus est victime de sa passion pour nous. Il est fou de se laisser accabler par une violence injuste. Il est fou de se laisser torturer et mettre à mort. Il aurait pu échapper à tout cela par sa propre puissance. Mais il ne l’a pas voulu. En ces jours saints il nous redit : «J’ai tout donné pour toi.» Voilà le message de la passion de Jésus. Voilà le motif de notre acclamation. « J’ai tout donné pour toi, pour que tu tiennes debout, pour que tu sois solide dans ta mission, dans tes responsabilités. J’ai tout donné pour toi ».

Mais alors, Seigneur, qu’est-ce que je peux faire ? Le jour des rameaux, nous dit l’Evangile, dans la foule, beaucoup étendirent leur manteau. Qu’est-ce que cela veut dire ? On pense au tapis rouge qu’on déroule pour les visiteurs de marques. Mais là ce n’est pas un tapis, mais des manteaux. Le manteau, ça dit dans la bible le statut social, la dignité : c’est la robe de l’avocat, l’uniforme du soldat. Et pour nous chrétiens, c’est le vêtement blanc de notre baptême. Et pour nous prêtres, la chasuble que nous revêtons. Et nous étendons par terre tout cela. C’est grâce au Christ que nous sommes chrétiens ou prêtres. Alors, nous lui offrons nos vies, nos personnes, ce que nous sommes, ce que nous faisons. Nous nous donnons à notre tour. Ce sont tous ces gestes d’amour qui tissent notre vie quotidienne, vos gestes d’amour, que vous soyez pères ou mères de familles, célibataires, étudiants, infirmière ou informaticien, musicien ou sportif ; en étendant notre manteau, nous nous offrons au Christ Jésus. Nous nous offrons avec Jésus, en Jésus, par Jésus, pour qu’advienne un monde plus juste, plus pacifié, plus aimant, pour qu’advienne la civilisation de l’amour.

Amen.



 

 

A propos de l'auteur

Laissez votre commentaire