Homélie de la messe de Pâques 2017

 

 

Le Christ est ressuscité.

Pour nous chrétiens, la fête de Pâques réveille notre espérance ; Elle a rempli d’espérance Marie-Madeleine, Pierre et les autres apôtres et en 2017, cette année la fête de Pâques nous encourage tous dans la foi et l’espérance.
Que se passe-t-il le premier jour de Pâques ? Marie-Madeleine se rend au tombeau mais il n’y a plus rien à faire, son ami est mort. Il n’y a plus rien à faire, si ce n ‘est les derniers gestes sur le corps mort de Jésus. Et en chemin, elle est préoccupée ; Qui lui roulera la pierre du tombeau ? Les sentiments de Marie- Madeleine au premier jour de Pâques sont aussi souvent les nôtres. Combien de foi devant les évènements du monde nous disons-nous : il n’y a plus rien à faire ; ça dépasse nos forces ! Qui nous roulera les pierres de la violence en Egypte, en Syrie, mais aussi chez nous. Qui nous roulera les pierres du gaspillage ou du chacun pour soi ? Qui nous roulera les pierres de nos indifférences à l’égard de nos proches ?
Le matin de Pâques Marie-Madeleine découvre que la pierre a été enlevée et elle court l’annoncer aux disciples mais qui la croirait ? Qui croirait qu’il y a dans le monde une force suffisante pour rouler la pierre ?
Qui croirait que Dieu peut se frayer un chemin au cœur d’un monde chaotique, notre monde du début du XXIème siècle ? Qui croirait que la puissance de Dieu peut transformer les cœurs de pierre en cœur de chair.

Et les apôtres, les premiers, accueillent froidement les femmes revenant du tombeau. Pourtant, Pierre et Jean vont y partir eux aussi, et là, ils rencontrent le Christ ressuscité, et leur vie bascule ; c’est le départ sur les routes le témoignage à Césarée puis Antioche puis en Grèce, jusque chez nous, sur les côtes atlantiques. Merveille cette fête de Pâque : elle réveille notre espérance, et nous en avons besoin, aujourd’hui, de l’espérance, de la petite sœur espérance, comme disait si bien Charles Péguy.
St Paul ajoute une parole étrange, vous êtes ressuscités avec le Christ, c’est la deuxième lecture mais avez-vous bien remarqué : il ne dit pas : vous ressusciterez avec le Christ. Non ! Vous êtes dès maintenant ressuscités avec le Christ. Que veut-il dire ? Bien sûr il évoque notre baptême à tous. Merveilleux baptême. Quel trésor notre baptême ! Et quelle reconnaissance avons-nous à l’égard de nos parents, peut être qui nous ont fait baptisés, alors que nous étions enfants la plupart d’entre nous. Quelle reconnaissance leur avons-nous ?
Et il nous dit, lui, St Paul : « le Christ vivant met en vous sa puissance de vie si votre cœur est assez ouvert pour l’accueillir ». Et nous en faisons l’expérience par exemple : quand nous trouvons des énergies insoupçonnées pour traverser les épreuves. Quand nous mettons en oeuvre des trésors de tendresse dans nos familles pour donner un pardon, pour recréer de nouvelles relations, ce n’est pas déjà la puissance du Christ ressuscité qui agit en nous ? Voilà la bonne nouvelle de Pâques. Nous sommes ressuscités avec le Christ. Pour nous chrétiens, c’est pour nous source de joie, et d’une immense espérance. Bien sûr, cette joie et cette espérance ne nous rendent pas insensibles, ni indifférents devant l’avenir de notre pays ou de notre monde. Au contraire, au contraire ! Nous sommes porteurs d’une espérance pour notre pays et pour notre monde

Comme nos contemporains chrétiens, nous souffrons des difficultés de la vie, vie personnelle et parfois la vie de nos familles ; mais la vie du Christ ressuscité, son amour nous empêche de sombrer dans le désespoir.
Comme nos contemporains chrétiens, nous constatons les injustices de notre monde, le peu de cas fait aux faibles de nos frères en humanité. Quelle place ont les faibles aujourd‘hui ? Nous voyons aussi les blessures de la vie sociale, mais nous croyons qu’une société ne peut pas se développer si le bien commun n’est pas servi avant la satisfaction des intérêts particuliers. C’est la grandeur de l’homme, nous osons le croire, c’est la grandeur de l’homme de faire face aux défis de la vie en mettant en œuvre une vraie solidarité et étant artisans de paix.

Comme nos contemporains chrétiens, nous connaissons les difficultés d’éducation des jeunes, mais nous ne sommes pas incapables de distinguer le bien du mal, ou impuissants à transmettre des valeurs. Nous croyons que c’est la grandeur de l’homme de faire confiance à nos jeunes aujourd’hui, et de leur apprendre à conduire leurs vies de façon raisonnable et juste.

Oui, ressuscités avec le Christ, c’est à une vie nouvelle que nous sommes appelés, formidable espérance ! Alors, en entendant cela, certains autour de nous pourront dire : qui prétendez-vous être pour affirmer des choses pareilles ? Chrétiens prétentieux regardez-vous ! Et vivez un peu mieux ce que vous racontez. Oh c’est vrai que nous soyons faibles, fragiles, que nous vivions souvent le message et mal que nous annonçons. Nous ne le savons que trop.

Mais nous voulons malgré tout continuer humblement et respectueusement notre mission. Pourquoi ?

Parce que Jésus ressuscité est venu à notre rencontre, et nous a fascinés, et nous avons décidé de Le suivre. Il est notre Lumière et notre force. Non, nous ne voulons pas imposer nos idées, nous voulons simplement partager notre bonheur. Nous ne pouvons pas nous taire.

Aujourd’hui frères et sœurs, toutes les Eglises chrétiennes fêtent en même temps, la fête de Pâques : protestants, orthodoxes, anglicans, catholiques. Aussitôt après cette messe, je vais me rendre, près de la Beaujoire, pour un rassemblement commun, et chanter avec tous l’Alleluia pascal. Nos Églises, en France et en Europe, ne demandent pas à être en position de pouvoir. Elles veulent servir la paix, la justice, la réconciliation, le pardon, le bien commun et révéler la source du véritable et éternel amour. Nos Églises qui forment la grande famille des disciples de Jésus sont des communautés bien ordinaires, mais Dieu les garde par la force de Son Esprit ; Il nous appelle à être toujours plus radicalement chrétiens en actes et en paroles.

Oui, nous peinons, nous souffrons, nous commettons des erreurs et nous sommes pécheurs. Mais notre joie est immense et personne ne peut nous la ravir, car nous avons rencontré Celui qui nous aime et aime toute l’humanité d’un amour infini. C’est le Christ vivant pour toujours, le vainqueur du péché et de la mort, Celui qui seul donne la vraie liberté. Avançons donc avec confiance, espérance et courage sur les routes du monde car le Christ est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité.



 

A propos de l'auteur

Laissez votre commentaire