Dimanche des Rameaux 2018

JESUS A NOS PORTES

 

Dieu est aux portes de Jérusalem à nos portes, Aujourd’hui comme hier, Jésus est dans nos murs, mais quand il vient, il ne vient pas comme les autres.

Regarde autour de toi, les grands, les puissants. Quand ils veulent crever l’écran, ils utilisent toute la force et toute la séduction des médias.  Ils jouent autant avec leur corps qu’avec leur cœur.  Ils jouent aussi avec les mots et les sentiments. Tout est bon pour parvenir à leur fin.  Il s’agit de plaire à n’importe quel prix. Le spectacle fini, ils s’en vont…

Jésus, aujourd’hui est aux portes de notre Jérusalem à nous. Lui ne joue pas avec nos cœurs ou nos sentiments. Il vient à nous au nom de la PAIX, il vient à nous au nom de l’AMOUR. Et quand l’AMOUR arrive jusqu’à nous, il ne fait que passer…Il nous accompagne dans tous nos “passages “, les plus joyeux comme les plus difficiles, ceux qui mènent à la croix, ceux qui mènent à la vie.

 

Bonne Semaine Sainte 2018 

Père Hubert Champenois, Recteur

LITURGIE DE LA PAROLE

25 mars 2018 : Dimanche des Rameaux

PREMIÈRE LECTURE

Je n’ai pas caché ma face devant les outrages, je sais que je ne serai pas confondu »

 

Lecture du livre du prophète Isaïe

Dieu mon Seigneur m’a donné le langage d’un homme qui se laisse instruire, pour que je sache à mon tour réconforter celui qui n’en peut plus. La Parole me réveille chaque matin, chaque matin elle me réveille pour que j’écoute comme celui qui se laisse instruire. Le Seigneur Dieu m’a ouvert l’oreille, et moi, je ne me suis pas révolté, je ne me suis pas dérobé. J’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe. Je n’ai pas protégé mon visage des outrages et des crachats. Le Seigneur Dieu vient à mon secours ; c’est pourquoi je ne suis pas atteint par les outrages, c’est pourquoi j’ai rendu mon visage dur comme pierre : je sais que je ne serai pas confondu.

Parole du Seigneur.

PSAUME

 

R/ Mon Dieu, mon Dieu,
pourquoi m’as-tu abandonné ?
 

Tous ceux qui me voient me bafouent,
ils ricanent et hochent la tête :
« Il comptait sur le Seigneur : qu’il le délivre !
Qu’il le sauve, puisqu’il est son ami ! »

Oui, des chiens me cernent,
une bande de vauriens m’entoure.
Ils me percent les mains et les pieds ;
je peux compter tous mes os.

Ils partagent entre eux mes habits
et tirent au sort mon vêtement.
Mais toi, Seigneur, ne sois pas loin :
ô ma force, viens vite à mon aide !

Mais tu m’as répondu !
Et je proclame ton nom devant mes frères,
je te loue en pleine assemblée,
devant ceux qui te craignent, je tiendrai mes promesses.

Mon Dieu, craignez, louez le Seigneur,
glorifiez-le, vous tous, descendants de Jacob,
vous tous, redoutez-le, descendants d’Israël.
« A vous, toujours, la vie et la joie ! »

DEUXIÈME LECTURE

Il s’est abaissé : c’est pourquoi Dieu l’a exalté

 

Lecture de la lettre de Saint Paul apôtre aux Philippiens

Le Christ Jésus, lui qui était dans la condition de Dieu, n’a pas jugé bon de revendiquer son droit d’être traité à l’égal de Dieu ; mais au contraire, il se dépouilla lui-même en prenant la condition de serviteur. Devenu semblable aux hommes et reconnu comme un homme à son comportement, il s’est abaissé lui-même en devenant obéissant jusqu’à mourir, et à mourir sur une croix. C’est pourquoi Dieu l’a élevé au-dessus de tout ; il lui a conféré le Nom qui surpasse tous les noms, afin qu’au Nom de Jésus, aux cieux, sur terre et dans l’abîme, tout être vivant tombe à genoux, et que toute langue proclame : « Jésus Christ est le Seigneur », pour la gloire de Dieu le Père.

Parole du Seigneur

 

 

 

 

 

ÉVANGILE DE LA PASSION SELON SAINT MARC

HOMELIE DE MGR JAMES

A propos de l'auteur

Laissez votre commentaire